image_pdf

L’olivier bonsaï

 

Le bonsaï

Le bonsaï est un arbre nain cultivé en pot, obtenu par atrophie des racines et ligature des tiges et rameaux.

Terme japonais signifiant “Arbre en plateau”. Le nom “bonsaï” vient de l’idéogramme chinois “pen sai” dont la traduction littérale est “planter”. A l’origine, toutes les plantes en pot étaient donc des “bonsaïs”.

La culture du bonsaï est un art ancestral originaire de Chine mais s’est ensuite plus particulièrement développé au Japon où elle fait partie des arts traditionnels du pays.

Pour certains, l’art du bonsaï consiste à imiter et à s’inspirer le plus possible de ce que l’on peut voir autour de soi dans la nature de son pays sans forcément suivre les standards japonais.

Il est très important de ne pas oublier qu’un bonsaï est un arbre identique à ceux que l’on rencontre dans la nature, la seule différence étant la taille.

Il est possible de donner plusieurs formes à son bonsaï. En voici quelques exemples :

  • Hokidachi  : style balai
  • Chokkan : style droit formel
  • Moyogi : style droit informel
  • Kengai : style en cascade
  • Kabudachi : style troncs multiples
  • Yose-ue : style forêt

 

 

 

L’olivier bonsaï

Les premiers bonsaïs d’oliviers ont été créés en Californie dans les années 1950. Depuis cette époque, l’intérêt pour cette espèce n’a cessé de grandir. Aujourd’hui, les vieux spécimens sauvages ou issus d’oliveraies sont très recherchés par les amateurs. Peu d’espèces sont aussi bien adaptées à la culture en bonsaï. Les feuilles naturellement petites ainsi que les troncs massifs et présentant souvent du bois mort ou creux en font des sujets de choix. L’espèce n’a pourtant jamais été utilisée au Japon ou en Chine, il est essentiellement méditerranéen.

Il est possible d’utiliser une variété botanique (comme l’Olivier commun) mais il est d’usage d’utiliser l’olivier sauvage (Olea europea silverstris). L’olivier sauvage est d’un grand intérêt pour le bonsaï puisqu’il développe de petites feuilles. Souvent, il possède des caractéristiques très appréciées, comme la présence de jin (branches mortes, écorcées et traitées pour présenter l’aspect du bois flotté) et de shari (technique qui vise à mettre en valeur la forme du tronc, en l’écorçant partiellement). L’olivier est facile à entretenir et très résistant, ce qui en fait un bon choix pour son utilisation en bonsaï.

En France, les oliviers bonsaï se trouvent assez facilement dans les bonnes jardineries, magasins spécialisés, boutiques en ligne et sur certains petits marchés en Provence notamment à Buis les Baronnies et Nyons.

 

oliviers bonsaï

 

 

L’entretien d’un olivier bonsaï

 

Exposition

L’olivier doit vivre dehors (il peut éventuellement être temporairement protégé dans une pièce froide et lumineuse l’hiver si les conditions sont très rigoureuses). Le reste de l’année, il faut le maintenir dans une position la plus ensoleillée et chaude possible. Il peut tolérer une exposition moins ensoleillée mais cela conduit inévitablement à l’augmentation de la taille des feuilles.

 

Fertilisation

Fertilisation organique solide 1 fois par mois de mars à octobre en observant une pause durant les mois les plus chauds.

 

Taille et mise en forme

Tous les styles sont autorisés y compris les formes en cascade, à l’exception de la forme en balai (hokidachi) qui  n’est pas sa forme naturelle. La taille doit se faire seulement en période chaude (végétative). Une taille effectuée en hiver ou durant un coup de froid peut stopper sa croissance voire même tuer l’arbre.

La technique du*”clip and grow ” (*“tailler et laisser pousser” ) est la plus adaptée. On n’hésitera pas non plus à supprimer les jets trop vigoureux et les feuilles trop grandes. La ligature est possible sur les jeunes branches, encore souples. Elle est déconseillée sur les branches plus grosses et plus âgées, le bois devenant cassant avec l’âge.

 

Arrosage

Lorsqu’il est cultivé en substrat drainant adapté, l’olivier bonsaï doit être arrosé régulièrement dès que le sol est sec au toucher.

 

Rempotage et substrat

Rempoter au printemps avant que les bourgeons commencent à gonfler, tous les trois ans.

L’olivier s’adapte à une grande variété de sols, mais préfère les substrats drainants et sablonneux.

Il se cultive comme un genévrier. L’idéal est un mélange de 30% d’arène granitique (ou kyriu) / 30% pumice (pierre ponce) / 20% sable grossier / 20% matière organique.

Utiliser un pot plutôt grand si l’on souhaite obtenir de la croissance. Sinon, l’olivier comme le pin, ne craint pas d’être à l’étroit. La taille des racines ne pose pas de problème particulier.

 

oliviers bonsaï

 

Et vous ? Vous avez déjà essayé de cultiver un olivier bonsaï ? N’hésitez pas à partager vos photos sur notre page Facebook ou nous laisser un petit commentaire sur le blog 😉 !