Nutrition

recettes bien-être

nutrition

Les précieux conseils de notre nutritionniste pour garder la forme sans renoncer au plaisir, à la convivialité, à nos recettes et aux olives, bien sûr !

Nos conseils nutrition pour une rentrée réussie

Gardez le tempo !

C’est la rentrée : fin de la trêve estivale, reprise des activités, rupture de rythme…

Tous ces changements peuvent perturber votre organisme. Voici quelques conseils rédigés par la nutritionniste Tramier pour vous aider à gérer la rentrée en toute sérénité et prolonger les bénéfices des congés d’été.

Avec le retour à la réalité quotidienne et les rendez-vous à l’agenda : travail, école, réunions… ce n’est pas le moment de se laisser envahir par le stress ! Pour repartir du bon pied, reprenez vos habitudes régulières pour le coucher et le lever. Bien dormir est un moyen efficace de rester au sommet de sa forme physique et intellectuelle. Prenez vos repas à heures fixes, rien de mieux pour retrouver le rythme. Au travail, octroyez-vous des pauses hydratantes (eau, thé, tisane, café…) entre collègues. Elles seront les bienvenues après la pause estivale.

Préparez des recettes d’automne vitaminées

Le bien-être passe aussi par l’alimentation. En période de transition, veillez à soigner le contenu de votre assiette. L’apport de fruits et légumes, riches en vitamines et minéraux, est essentiel pour entretenir le capital forme généré pendant l’été. Tous les week-ends, faites le plein de produits frais pour la semaine et composez de délicieuses salades : laitue, tomates, concombres, fêta, olives de table, basilic… arrosés d’un filet d’huile d’olive et de vinaigre balsamique… Toutes les combinaisons sont possibles.

Les acides gras oméga 3 que l’on trouve dans le colza, les poissons gras ou les fruits à coque, associés à un régime méditerranéen, sont aussi bénéfiques en cette période de rentrée grâce à leur action positive sur la mémoire et le système cardio-vasculaire.

Retrouvez la pratique de l’activité physique

Un autre atout forme à privilégier est de rester actif en pratiquant une activité physique régulière. Salle de sport, tennis, piscine, déplacements à pied ou à vélo, aller danser entre amis… Il existe de nombreuses manières de tonifier le corps malgré une vie bien remplie ! L’activité physique est la meilleure alliée et préserve la santé ! Fixez-vous des objectifs à court terme, plus efficaces pour entretenir la motivation notamment entre deux saisons.

Pensez également aux activités plus douces comme le yoga, le Qi Gong, le taï-chi, la gymnastique, les balades en plein air. Les moyens de détente comme le spa, hammam ou massage contribuent aussi au bien-être et faciliteront une reprise en douceur. A l’arrivée de l’automne, les sorties culturelles constituent également une façon agréable de reprendre le rythme au quotidien en alliant curiosité et plaisir. À vous de trouver les activités qui vous conviennent le mieux !

Vous avez désormais les clés en mains pour optimiser votre rentrée de manière sereine ! Bonne rentrée !

Apéritif et tapas : convivialité et plaisir avec un menu équilibré

Comment déjouer les pièges de l’apéro pour grignoter sainement…

Avec les beaux jours qui arrivent, le temps est propice aux retrouvailles autour de l’apéritif. Cocktail dînatoire ou véritable repas, ce moment convivial est devenu un rituel incontournable en France : près de la moitié des Français disent prendre l’apéritif au moins une fois par semaine, notamment le week-end, en famille ou entre amis.[1]

Activité largement partagée, l’apéro se pratique à tout âge et reste avant tout une occasion de détente et de plaisir. Dans cet article, suivez les conseils pratiques de Tramier pour vous aider à trouver l’inspiration et réussir vos apéritifs en combinant à la fois goût, équilibre, fraîcheur, simplicité et originalité !

Allier les notions de plaisir et d’équilibre à l’apéritif, c’est possible !

Pour un apéro léger, pensez aux crudités : Carottes ou courgettes découpées en bâtonnets. Ajoutez de la couleur avec les tomates cerises, radis, champignons, concombres, poivrons, choux-fleurs ou brocolis.

  • Pour tremper les légumes, préparez une sauce « maison » légère à base de yaourt, de fromage blanc à 0% et d’une touche de citron ou de moutarde.
  • Agrémentez les sauces d’épices et aromates variés : ciboulette, échalote, estragon, aneth, curry, curcuma, paprika. Surprenez vos convives avec la cannelle !
  • Pour les tartinades, pensez aux tapenades, anchoïades, guacamoles ou fromage frais riches en saveurs. Les rillettes de poisson (saumon, thon) sont aussi intéressantes et riches en nutriments. Remplacez le pain blanc par des pains aux céréales. Les feuilles d’endives font aussi d’excellents supports à tartinade !
  • Pour la touche salée, alternez gressins, crackers et bretzels, moins gras que les palmiers et biscuits feuilletés.
  • Pour les portions, passez en mode « mini » et évitez les apéros trop copieux : Petites bouchées, mini-sandwichs variés, mini-pizza tomate-mozzarella-olives-basilic, mini-tartes sardine ou anchois, mini-bagel au fromage frais avec saumon et câpres.

Miser sur la préparation pour gagner du temps. 

  • Au supermarché, une fois par mois, prenez le temps de parcourir tous les rayons pour renouveler les provisions : épices, herbes aromatiques, condiments comme les olives de table et les tomates séchées. Variez les habitudes, en optant pour les chips de légumes.
  • Prenez une longueur d’avance en préparant vos « amuse-bouche » la veille ou quelques jours avant. Ainsi, vous ne serez plus pris au dépourvu en cas d’apéro impromptu ! Les cakes sablés ou feuilletés se préparent à l’avance. Ils peuvent être congelés puis réchauffés au moment de servir.
  • Composez vos propres verrines en superposant les couches : purées, tapenade, tartare d’olives & tomates, saumon, volaille ou viande froide en cubes. Accompagnez de toasts et le tour est joué !
  • Utilisez les restes et recyclez les basiques : pain, avocat, crème fraîche, yaourt et herbes aromatiques suffisent pour créer des tapas sympathiques ! Préparez une salade de lentilles ou un taboulé.
  • Les olives marinées à l’apéro sont un classique ! Ultra simple et rapide à préparer : mélangez ensemble les olives égouttées, l’huile d’olive, le basilic et l’ail émincé. C’est prêt ! Servir frais.

Stimuler sa créativité en optant pour des recettes « maison ». 

  • Pour réaliser de délicieux amuse-gueules et tapas en un tour de main, laissez place à votre imagination : des bouchées colorées aux saveurs méditerranéennes à base de chèvre frais, thym et chorizo… aux mini-muffins préparés avec des olives, du parmesan, du piment et du safran… Tous les ingrédients sont réunis pour réchauffer l’ambiance!
  • Chaud ou froid ? Les tapas se servent froides comme chaudes selon les recettes ! Chaussons à la viande et tortillas se consomment plutôt tièdes alors que les gaspachos ou veloutés se dégustent froids.
  • Pour les boissons, modérez l’alcool et préparez des cocktails inédits en y ajoutant des fruits frais. Apport vitaminé garanti ! Créez vos propres glaçons aux formes originales.

Bref, avec Tramier, apéritif rime avec moments festifs et créatifs ! Profitez de l’apéro pour faire les bonnes combinaisons sans négliger le plaisir d’un moment convivial  partagé. De plus, quand on sait que manger avec les doigts est autorisé… Raison de plus pour ne pas se priver et se régaler ! 

Nutritionniste Tramier
[1]  Les Français et l’apéritif. IFOP. Juin 2013.

Le sel dans l’alimentation

Le sel, l’ingrédient qui s’invite à table

Le sel remplit plusieurs rôles dans les aliments : A la fois gustatif comme exhausteur de goût, agent technologique agissant sur la texture ou moyen de conservation.
Connaissez-vous bien cet ingrédient actif irremplaçable ? Dans cet article, Tramier vous fait découvrir le sel sous tous ses aspects.

 

À la fois ingrédient et nutriment, le sel fait coup double

L’usage du sel remonte au Moyen-Âge principalement pour l’assaisonnement et la conservation des aliments. Cette denrée naturelle a longtemps servi de monnaie d’échange et de commerce entre les populations. L’ajout de sel dans les aliments tels que le pain se généralise au XVIIIème siècle car les impôts en limitaient jusqu’alors l’usage. En France, le sel est principalement obtenu par évaporation de l’eau de mer (saumure) des marais salants sur les littoraux méditerranéen et atlantique. Il se trouve aussi sous forme de gisements dans le sol.

Le sel, ou sel de table, est constitué de deux éléments, le chlore et le sodium, d’où son nom chimique « chlorure de sodium ». Le sodium est un minéral majeur qui occupe plusieurs fonctions dans l’organisme : régulation de l’équilibre hydrique, passage des nutriments dans les cellules et maintien de la stabilité du pH dans le sang. Le sodium tient également un rôle clé dans la transmission de l’influx nerveux et la contraction musculaire.

La place du sel dans l’alimentation

Une consommation excessive de sel peut favoriser le développement de certaines maladies. Dans les pays développés, comme la France, les apports alimentaires en sel couvrent largement les besoins de la population et les carences sont très rares. Les apports se situent entre 10 et 12 g de sel consommés par jour, niveaux bien au-dessus des objectifs de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixés à 5 g / jour . En France, les pouvoirs publics préconisent une consommation allant de 6 à 8 g de sel par jour .

Près de 2/3 des apports en sel proviennent des produits alimentaires transformés notamment : pain, biscottes, pâtisseries, biscuits, viennoiseries, charcuteries, fromages affinés, plats cuisinés, soupes, quiches, pizzas et sandwiches. Le sel de table ajouté lors de la cuisson ou dans l’assiette contribue à hauteur d’1/3. Le sodium se trouve aussi naturellement dans les aliments tels que les laitages, les poissons & fruits de mer, les eaux minérales et œufs mais en quantité moindre .

Compte tenu des recommandations de Santé Publique, les entreprises agro-alimentaires se sont engagées depuis plusieurs années à réduire la quantité de sel de leurs produits et à proposer des produits à teneur réduite en sel. C’est le cas par exemple de Tramier qui propose dans sa gamme des olives de table vertes natures entières ou dénoyautées, préparées sans conservateur, avec 25% de sel en moins, tout en préservant le goût.

Les olives Tramier sont des condiments conservés par un procédé ancestral à base de sel dont les teneurs peuvent varier selon la recette d’élaboration. Par exemple, les olives noires à la grecque sont plus salées que les olives vertesou olives confites. C’est d’ailleurs le sel qui leur donne leur aspect fripé et leur goût salé caractéristique. Les olives vertes ou confites quant à elles, avec un aspect plus lisse et ferme, sont préparées dans un bain d’eau salée (saumure).

 

Réduire  sa consommation de sel… sans renoncer au plaisir !

  • Décryptez les étiquettes. Depuis décembre 2014, l’étiquetage nutritionnel doit faire figurer la teneur en sel des aliments par 100 g. Au supermarché, jetez un coup d’œil de temps en temps aux étiquettes et sélectionnez les produits moins salés.
  • Variez et modérez les apports. Inutile de bannir totalement les aliments salés. Si un jour vous mangez très salé, pensez à consommer des aliments moins salés le lendemain. Pour le fromage, alternez avec les yaourts ou fromages blancs.
  • Evitez de saler avant d’avoir goûté. Pensez aux épices et aromates qui rehaussent agréablement les saveurs.

Bon appétit !

Nutritionniste Tramier

 

[1]   OMS. Centre des médias. Réduction du sel. Aide mémoire N° 393. Septembre 2014.
[1]    Programme National Nutrition Santé 3. PNNS 3. 2011-2015.
[1]  Ministère de l’agriculture, l’agroalimentaire et de la forêt. Direction générale de l’alimentation, sous-    direction de la politique de l’alimentation, Bureau du pilotage de la politique de l’alimentation. Rapport du groupe PNNS / PNA sur le sel. Mars 2013.

Alimentation au féminin, des besoins spécifiques tout au long de la vie

Focus sur les femmes, alimentation et longévité

Avec une espérance de vie supérieure à celle des hommes (85,5 ans contre 79,4 ans), les Françaises sont les championnes d’Europe de la longévité[1]. Pourtant, les femmes sont aussi plus à risque de développer des maladies chroniques que les hommes. Hommes et Femmes sont-ils égaux face à leur santé ? Les femmes ont-elles des besoins physiologiques différents ? Dans cet article, Tramier dévoile le mystère et apporte quelques réponses aux questions.

 

Une santé de fer
Le corps féminin subit de nombreux changements au cours de la vie : puberté, grossesse, ménopause…  Il réagit différemment aux processus hormonaux et biologiques lors des périodes clés de la vie.

C’est le cas du fer, dont les besoins sont presque 2 fois supérieurs à ceux des hommes. Le fer joue un rôle essentiel dans la formation des globules rouges et le transport de l’oxygène aux organes. Il permet notamment de préserver la vitalité au quotidien. Pourtant, les études montrent que près d’une femme sur 5 a des réserves en fer insuffisantes[2]. Mesdames, il est donc important de porter une attention spéciale à ce nutriment en prenant soin d’inclure, chaque jour, des aliments riches en fer : abats, viandes rouges et poisson.

Conseil du nutritionniste : « Pour les apports en fer, privilégiez les aliments d’origine animale qui renferment du fer bien assimilé par le corps : le fer héminique. Les végétaux comme les légumes secs contiennent aussi du fer mais ce dernier, le fer non héminique, est 4 à 5 fois moins bien absorbé. Astuce : associez fer et vitamine C au cours du même repas (viandes et légumes par exemple) pour favoriser une meilleure assimilation du fer.»

 

Du calcium pour des os solides
Le capital osseux se constitue dès l’adolescence. À l’âge adulte, le corps joue essentiellement un rôle d’entretien. Le calcium garantit la solidité osseuse du squelette. Il est donc primordial d’assurer des apports en calcium satisfaisants tout au long de la vie. A noter que les besoins de la femme sont accrus lors de l’adolescence, la grossesse ou au cours de la ménopause afin de prévenir la déminéralisation osseuse et les risques de fractures.

Conseil du nutritionniste : « Pensez à intégrer des produits laitiers à chaque repas car ce sont des aliments riches en calcium en particulier le lait, les fromages à pâtes dures (emmental, beaufort, cantal…), les yaourts et fromages blancs. Les légumes tels que les épinards, le brocoli ou les choux apportent également du calcium tout comme les amandes, les sardines (avec les arrêtes !) et certaines eaux minérales plates et gazeuses. Astuce : portez une attention particulière aux étiquettes ! »

Des protéines pour le tonus
Les protéines occupent un rôle central dans de nombreuses fonctions de l’organisme notamment au niveau de la construction et la réparation des muscles. Les protéines sont composées d’acides aminés dont certains sont dit « essentiels » car le corps ne peut pas les fabriquer. Ils doivent être fournis par les aliments.

Les besoins en protéines varient en fonction de l’âge, du poids corporel et du niveau d’activité physique. Ainsi, les apports sont augmentés chez les enfants, la femme enceinte ou allaitante, les seniors et les sportifs.

Conseil du nutritionniste : « Les aliments comme les viandes, volailles, poissons, fruits de mer, œufs et produits laitiers sont particulièrement riches en protéines. Les aliments d’origine végétale comme les céréales (blé, avoine, quinoa…), les légumes secs (pois chiches, lentilles, haricots blancs…) et le soja sont des sources intéressantes de protéines. Toutefois, la qualité des protéines fournie par ces aliments peut varier en fonction de la teneur en acides aminés essentiels apportée. Astuce : associez plusieurs aliments riches en protéines, au cours d’un même repas, pour permettre de compléter les apports. »

 

Le régime méditerranéen pour le cœur
Depuis quelques années, les maladies cardio-vasculaires touchent de plus en plus la population féminine en France. Il est donc important de privilégier des modes de vie sains en intégrant une alimentation variée et équilibrée, en pratiquant une activité physique au quotidien et en limitant le tabagisme.

Conseil du nutritionniste : « De nombreuses études ont montré les bénéfices du régime méditerranéen dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Optez pour les viandes maigres, les céréales, les fruits et les légumes en abondance sans oublier l’apport d’huiles végétales (olive, noix, noisettes) tout en limitant les produits gras et sucrés. Les acides gras polyinsaturés oméga 3, matières grasses essentielles pour les cellules, sont aussi reconnus pour leur effet protecteur. On les trouve principalement dans les poissons gras (hareng, saumon, sardine, thon, anchois), l’huile de colza, les fruits à coque, le lin, le pourpier. »

Pour préserver forme et santé, respectez les rythmes alimentaires, ne négligez aucun repas, soyez attentifs aux portions servies et pratiquez une activité physique régulière. Il est démontré aujourd’hui qu’en intégrant de bonnes habitudes de vie, les femmes vivent plus longtemps et n’ont jamais été en aussi bonne santé !

Nutritionniste Tramier
[1]  Insee, estimations de population et statistiques de l’état civil. 2014.
[2]  Etude Nationale Nutrition Santé. 2006.

Les vitamines

Indispensables à la vie et irremplaçables, ce sont les vitamines !

Tour d’horizon de A à K…

Substances indispensables à l’homme, les vitamines interviennent dans la plupart des réactions chimiques nécessaires aux fonctions vitales du corps. Elles doivent être apportées en quantité suffisante par l’alimentation car l’organisme ne peut pas les synthétiser. Une déficience en l’une ou plusieurs vitamines peut entraîner des maladies ou troubles du métabolisme. Les connaissez-vous bien ?

Découvrez avec Tramier ces nutriments si précieux à notre bonne forme et santé.

A propos des vitamines

  • Leur découverte remonte au 19e siècle mais c’est à partir de 1912 que le terme « vitamine » est utilisé, contraction des mots «vita» (vie en latin) et du suffixe «amine» en référence à leur structure chimique.
  • Il existe 13 vitamines. Lors de leur première classification, chaque vitamine a été associée à une lettre de l’alphabet, de A à K.
  • On les classe en 2 catégories selon leurs propriétés physico-chimiques :
  • Les vitamines liposolubles – A, D, E, K – c’est-à-dire solubles dans les lipides (graisses). Ces vitamines sont absorbées avec les graisses puis stockées dans l’organisme, en particulier dans le foie, les muscles et la masse grasse.
  • Les vitamines hydrosolubles – 8 vitamines du groupe B et C. Solubles dans l’eau et non stockées par l’organisme, elles sont utilisées aussitôt. Les excédents sont éliminés dans les urines, les selles et la sueur.
  • Les vitamines sont des éléments sensibles à la chaleur et à l’air, les modes de préparation culinaire et de cuisson doivent donc être adaptés.
  • Elles n’apportent pas de calories ! Ce sont les aliments qui les contiennent qui en fournissent.

 

Des bénéfices clés pour le fonctionnement du corps

Pour chacune des vitamines, des Valeurs Nutritionnelles de Référence (VNR)ont été fixées. Elles déterminent les besoins moyens des populations par pays et groupes d’âge. Ces valeurs sont utiles pour l’étiquetage nutritionnel des produits ou pour établir des recommandations nutritionnelles et permettre ainsi de mieux guider les consommateurs dans leurs choix alimentaires.

Vitamines A, C, E : une action anti-oxydante pour protéger les cellules

Grâce à leur rôle d’antioxydant, elles protègent le corps contre les radicaux libres.

L’apport des vitamines A, C et E permet de piéger ces radicaux libres, lutter contre le vieillissement prématuré des cellules et prévenir ainsi le développement des maladies.

Où les trouver ?

  • La vitamine A ou rétinol, se trouve principalement dans les produits animaux. Sous sa forme bêta-carotène, elle est surtout présente dans les fruits et légumes. Recherchez les couleurs orangées ou rouges.
  • La vitamine C est contenue dans les fruits rouges, agrumes, kiwi, papaye… et les légumes comme les choux, brocolis, poivrons ou encore cresson et épinards sans oublier les herbes aromatiques.
  • Les principales sources de vitamine E sont les huiles végétales (huile d’olive, tournesol, pépin de raisin, colza), le germe de blé et les noix variées.

 

Vitamines du groupe B : un rôle multifonction

  • Eléments clés dans la production d’énergie

 

Les vitamines B1, B2, B3/PP, B5, B6, B8 sont nécessaires à la transformation des aliments en énergie. En aidant à mieux utiliser les nutriments ingérés, elles garantissent la vitalité et le bien-être au quotidien. Ces vitamines interviennent à plusieurs niveaux dans le corps : système nerveux, vision, peau, muqueuses, cheveux.

Où les trouver ?

Les vitamines du groupe B sont présentes dans la quasi-totalité des groupes d’aliments : viandes, poissons, œufs, produits céréaliers, laitages, fruits et légumes.

  • Indispensables au renouvellement cellulaire et à la formation des globules rouges, rôle anti-anémique.

Où les trouver ?

  • La vitamine B9, ou acide folique, se trouve dans les pois chiches, légumes verts feuillus (blettes, mâche, épinards…) et les fruits comme le melon.
  • La vitamine B12, est exclusivement présente dans les aliments d’origine animale comme le foie et autres abats, les fruits de mer, le thon et le jaune d’œuf.

 

La vitamine D, essentielle pour favoriser la densité osseuse et la croissance

Par son rôle joué dans l’absorption du calcium et du phosphore, la vitamine D favorise la minéralisation de l’os. Elle requiert l’action des rayons ultraviolets pour être utilisable par l’organisme. Un minimum d’exposition au soleil est ainsi nécessaire.

Où la trouver ?

La vitamine D se trouve dans les graisses des produits animaux comme l’huile de foie de morue, les poissons gras (saumon, hareng, sardine), les œufs, le fromage, le lait et le beurre.

 

La vitamine K, nécessaire à la coagulation du sang

C’est la vitamine la plus méconnue car les besoins sont très faibles et les carences rares.

Où la trouver ?

Principalement dans les abats, les fromages et les légumes verts.

Profitez de la saison pour préparer de délicieuses préparations inspirées de recettes méditerranéennes riches en vitamines en faisant la part belle aux fruits et légumes frais, poissons, céréales, herbes aromatiques et aux condiments tels que l’huile d’olive !

 

Nutritionniste Tramier

Pour en savoir plus :

  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). anses.fr
  • mangerbouger.fr

C’est le printemps !

Nos conseils bien-être et santé pour retrouver la forme

Avec l’arrivée du printemps, le moment est venu de réveiller l’organisme, souvent endormi après ces longs mois d’hiver. Alors que les jours s’allongent et le climat s’adoucit, la période est favorable pour adopter de bonnes habitudes et retrouver la forme. Découvrez les conseils de la nutritionniste Tramier pour tirer le meilleur bénéfice de cette saison du renouveau !

 

Faire les bons choix alimentaires pour retrouver la vitalité

Profitez des beaux jours pour faire le plein de vitamines et minéraux, gage de vitalité. Sur les étals, recherchez les fruits et légumes de saison pour préparer de belles salades.

Variez les formes et les couleurs pour optimiser les apports en nutriments !

En assaisonnement, optez pour l’huile d’olive, riche en acides gras mono-insaturés – oméga 9 – et en vitamine E, un puissant antioxydant qui protège le corps contre le vieillissement des cellules.

Privilégiez les céréales complètes : blé, boulghour, orge, millet, avoine. C’est connu, ces aliments constituent la base du régime méditerranéen. Ils doivent être privilégiés dans l’alimentation car ils sont une source de glucides complexes, fibres, vitamines et minéraux nécessaires pour le bien-être. Consommées au cours du repas, les céréales complètes présentent l’avantage de calmer la faim et d’éviter les fringales nuisibles pour la ligne. Les fibres alimentaires quant à elles, facilitent un bon transit pour un meilleur bien-être et confort digestif.

Ne négligez pas les viandes, poissons et abats, riches en fer bien assimilé. Le fer constitue un élément essentiel pour favoriser l’oxygénation des cellules et éviter les sensations de fatigue souvent ressenties après l’hiver.

Pensez à boire de l’eau régulièrement, au moins 1,5 litre par jour, pour hydrater le corps et éliminer les toxines.

 

Reposer le corps pour mieux garder le rythme

Le sommeil est une étape importante pour le bien-être car il permet de reposer les muscles et régénérer l’organisme. Dormir n’est pas une perte de temps ! Adoptez les bons réflexes en vous couchant à heures régulières.

Pour favoriser l’endormissement, écoutez les signaux du corps. Le soir, privilégiez les activités relaxantes et évitez les boissons excitantes (thé, café, cola, alcool…).

Reprendre une activité physique pour oxygéner les neurones

Le printemps est la saison idéale pour remettre le corps en mouvement. Pour en tirer les meilleurs bénéfices, choisissez des activités que vous appréciez, et de préférence à l’extérieur, pour faire le plein d’oxygène et de lumière. L’exposition à la lumière stimule le cerveau et agit à la fois sur l’humeur et le moral. Le soleilquant à lui, favorise la synthèse de la vitamine D grâce à l’action des UV sur la peau. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la formation des os et active le système immunitaire.

Marche, course, vélo, natation, tennis, stretching, yoga, danse… les possibilités se déclinent à l’infini ! Pour le bien-être, il est conseillé de pratiquer une activité physique d’une durée d’environ 30 minutes par jour. C’est prouvé : en apportant souplesse et tonus au corps, l’activité physique permet de se sentir mieux tout en préservant forme et santé.

 

Prendre soin de soi pour stimuler le corps et l’esprit

Avec le changement de saison, il ne faut pas oublier d’hydrater la peau et le corps souvent malmenés par la rigueur de l’hiver. Préparez vos propres masques et crèmes hydratantes à base d’huile d’olive, ingrédient efficace pour hydrater et nourrir la peau. Cette pratique ancestrale est très connue deshabitants du bassin méditerranéen1.

Suivez nos conseils printaniers Forme et Santé pour vous aider à retrouver le bien-être. Vous verrez, ils porteront rapidement leurs fruits !

Nutritionniste Tramier

1 Larousse des plantes médicinales. Editions Larousse. 2013.

Load More Posts